La plus grande montagne du Portugal se tient à 1993 mètres d'altitude : la Serra da Estrela, Parc Naturel depuis 1976. La distinction au premier parc naturel du pays reconnaît cette région de la Cordillère Centrale comme un « refuge » de vie sauvage et flore d'importance nationale, mais aussi la valeur paysagiste et humaine de son ensemble.

Conjointement avec les Serras d'Açor et de Lousã, cet accident orographique forme la pointe occidentale de la Cordillère Centrale et intègre une partie de trois des bassins hydrographiques les plus importants : Le Douro, le Tage et le Mondego (ce dernier étant le plus grand fleuve portugais, qui naît à Gouveia).

À Serra da Estrela, vous pouvez distinguer cinq unités de paysage : un plateau central ; des pics et des sommets adjacents ; des plateaux de moindre altitude ; des coteaux et des vallées accompagnées de lignes d'eau. Sur la partie supérieure, Estrela se détache pour sa morphologie particulière, qui découle de la forte influence de la glaciation quaternaire, où la Vallée glaciaire de Zêzere, en forme de U, s'assume comme l'exemple le plus remarquable de cette période.

 

 

En hiver, l'altitude, élément caractéristique et de différenciation de ce territoire, favorise la survenue de précipitation de neige, tout en étant responsable de la création de conditions favorables de valeurs naturelles exclusives. Dans ce sens, nous décrivons trois niveaux de végétation : le niveau terrier (jusqu'à 900 mètres) où prédominent le chêne vert (Quercus rotundifolia) et le laurier du Portugal (Prunus lusitannica) ; le niveau intermédiaire (jusqu'à 1 600 mètres) composé de chênes tauzins (Quercus pyrenaica), de châtaigniers communs (astanea sativa) et de bois et le niveau supérieur, caractérisé par les lycopodes à rameaux (Lycopodio-Juniperetum alpina), les plaines, les clairières et la végétation rupicole.

Ce Parc Naturel est composé d'habitats divers, où se trouvent des éléments représentatifs de plusieurs zones de biodiversité. On y retrouve 250 espèces de vertébrés et 2 100 d'invertébrés, dont certains exclusifs, comme le longicorne (Cerambycidae). Il comprend la faune d'amphibies et de reptiles la plus diversifiée du territoire national, où l'on détache le lézard montagnard ibérique (Iberolacerta monticola) et le chioglosse portugais (Chioglossa lusitanica).